lundi 28 mai 2012

Cerfs et rhubarbe


Cerfs et rhubarbe 
Bonjour, j'adore ces plantes, mais je me questionne à savoir si elles résisteront à l’épreuve. Mais qu’en est-il? J’en veux à ces bêtes qui circulent en bande de deux à quatre comme un petit commando pacifique à la recherche de saine nourriture. Si votre jardin est hautement protégé par une clôture de maille ou autrement ; comme un juriste dirait, vous encourez une peine moins sévère. Oui, mais c’est l’impasse.
Si vous n'avez pas encore tout à fait deviné, ce sont les cerfs (Dear you !). Oui, ils peuvent devenir de vraies bêtes de scène lorsqu'est venu le temps de se mettre à table et de se régaler de vos plantes nouvellement acquises.
Affamé, ce membre de la famille des cervidés peut s'alimenter à partir de nombreuses plantes. L’hiver est une période prolongée ou leur garde-manger est le moins garni. Au printemps, tout pousse en abondance et s’offre en pâture. Une grande quantité de nouvelles plantes sont offertes dans le commerce et coup de cœur vous passez à la caisse et celles-ci se retrouveront sur votre terrain. Certaines serviront de festin aux cerfs, mais les suivantes seront épargnées, entre autres celles-ci : les graminées, les pavots, le Ginkgo biloba, la sauge russe.
Hydrangea macrophylla ou serrata
Cependant, il y a des choix moins gagnants. Prenons l'exemple suivant. À la fête des Mères, si j'exclus le bouquet de fleurs coupées, le cadeau souvent à l'honneur est l'hortensia bleu, blanc ou rose à trois pannicules. Pourquoi ? C'est comme ça, elles se vendent bien. C'est une tradition.
À Victoria, c'est aussi une plante vedette. Peut-on le mettre en pleine terre afin qu'il refleurisse l'année suivante ? La question ! Pas toujours, c'est le genre de pousses tendres ou boutons floraux que nos amis les cerfs choisiront. Toutefois, en lieu protégé, vous pouvez regrouper des arbustes tels : rhododendrons, azalées jaunes ou oranges et des hortensias. En y ajoutant des bulbes (évitez les jonquilles, on en trouve partout et par la suite c'est les pissenlits) vous obtenez une palette de couleurs à peu de frais surtout après une longue saison victorienne, grise et humide et qu'on a le moral en baisse.

La rhubarbe
Je vais vous proposer une petite pause, question de ne pas refroidir votre intérêt. Voici une plante nostalgique qui m’étonne. C’est la rhubarbe à bâtons rouges ! Vous le savez sans doute, même parmi ceux ou celles qui n'y connaissent en rien au jardinage, cette vivace costaude comme son rhizome est peu compliquée. Cependant, la rhubarbe est comme une diva, première au jardin et volumineuse. Elle est facile à cultiver et se compte parmi les plantes les plus représentatives de notre patrimoine culinaire. Pour les cerfs qui gambadent dans la cité, la rhubarbe est une intouchable en raison de son feuillage toxique et pour nous citadin, un incontournable. Un, c'est une plante indéfectible. Deux, elle recèle un côté ornemental sous-estimé. Ses bâtons ou pétioles ont un goût acidulé et servent à composer des plats à peu de frais. Votre pied de rhubarbe est un légume au sens botanique bien que cuisiné comme étant un fruit. C'est une plante qui possède des vertus printanières.
Bon appétit!

Normand Hébert
Louisjardin13@gmail.com


1 commentaire: