dimanche 26 juin 2011

Juilletaoût2011

Éloge aux lecteurs et lectrices

Au sujet du jardinage, j'ai parfois l'impression que tout a été dit. Enfin, je vais quand même, à nouveau, me retrousser les manches. Mais avant, je dois admettre que la démesure peut très bien exister sur la planète jardin. L'information se répète et se diffuse à une fréquence et une célérité inégalées. Avez-vous entendu parler du Guide pratique du jardinage, du Guide illustré du jardinage au Canada, ou encore Les 1500 trucs du jardinier paresseux ? En plus, il existe le jardinage écologique de l'un, le potager écologique de l'autre. Ensuite, les nombreux écrits que l'on retrouve dans des revues généralistes ou spécialisées, les catalogues, les articles de journaux, les émissions de radio et de télé et j'en passe. On y traite de tout, de sol, de terreau, d'engrais, de semences, d'amendement, de fertilisation, de maladies, d'insectes, des oiseaux, des plantes mauvaises herbes, de fongicide, d'herbicide, d'ombre, de soleil, d'eau, d'outils, de bassin aquatique, d'arrosoir et de végétal. Quelle industrie !

Enfin, quand il me vient à l'idée de m’asseoir pour admirer les gens autour, dans la Garden City, le jardinage me fait un peu penser à une activité humaine à intensité variable ou même à une partie de cartes en solitaire ou entre amis. Je ne sais pas trop, mais il y a quelque chose de sportif dans le jardinage. C’est la stratégie de la routine et de l’observation. L'effort et le résultat se chevauchent dans nos têtes, mais au final, on finit par se dire que s'occuper est ce qui compte le plus. À défaut d'être parvenu à maintenir le cap sur la réussite de son jardin fleuri ou de légumes, l’on sait pertinemment qu’une visite chez le fleuriste du coin ou chez le marchand de fruits et légumes, saura tout réparer. Suffit de passer à la caisse.

Des roses aux étoiles

Voici venu le temps des roses et des parfums. Comme petite séduction prise deux, je vous conseille de vous rendre dans les jardins de la Maison du Gouvernement vous imprégner des odeurs et du silence. Lieu grouillant de touristes, visiter les spectaculaires et vigoureux rosiers autour de l'Assemblée législative de la province, y voir les nouveaux rosiers 2011. Que de pétales de roses !
Ensuite…

La mosaïculture
Et pour ceux et celles qui désirent en remettre, dirigez-vous vers l'hôtel Empress admirer ses magnifiques plates-bandes et sa toute nouvelle acquisition située à l'intersection Nord/Ouest. On a mis à l'honneur la mosaïculture en nous représentant un mammifère marin formé à partir des plantes suivantes : la santoline grise, l'alternanthera rouge, les coléus jaunes, les irésines, les bégonias cuivrés et les troènes dorés. Désolé de ne pouvoir vous offrir en photo cette magnifique structure végétale grand format. Elle en vaut le détour, car ensuite, chemin faisant, vous aurez une heureuse surprise, le bronze d'Emily Car et son singe Woo. Un haut lieu fleuri et animé de Victoria en présence, à droite, de la Reine Mère triomphante. Elle aimait voir jardiner.

Normand Hébert

Aucun commentaire:

Publier un commentaire