lundi 15 novembre 2010

octobre 2010 (Jardin japonais, Esquimalt)

Chronique horticole
Un jardin japonais à Esquimalt
Qu’est ce qu’un jardin italien ou français et un jardin japonais ont en commun? Au premier coup d’œil, peu, je vous l’accorde. Toutefois, ils sont inspirés par une force commune. Ils sont le produit de l’intervention humaine qui se traduit soit par un élan de créativité d’une part et d’autre part par une forme de discipline fortement perceptible. À travers sa pensée et ses gestes, le concepteur de jardin se donne comme mission de réaliser une ambiance favorable où détente et contemplation vont nous habiter le temps d’une visite. Ceci dans un cadre très précis. Cette force commune, cette construction dont je parlais tout au début, c’est la rigueur. Ce qui est exigeant dans un jardin au début, ce sont les idées, la disponibilité d’esprit, mais avec temps et efforts, on obtient un résultat fabuleux.
Un peu plus près d’ici, cet été dans une rubrique quelconque du Victoria News, traitant du Centenaire de la Marine canadienne, je lisais donc un article au sujet d’un jardin japonais en restauration à Esquimalt.
Projet intéressant… qui au dire du directeur du service des Parcs, Andy Katschor, devrait être achevé à temps pour la commémoration des Fêtes du centenaire d’Esquimalt en 2012. Les travaux progressent lentement et budget aidant, les autorités de la Ville veulent faire de ce jardin japonais restauré un haut lieu des Fêtes du centenaire.
Ce jardin japonais est le plus vieux en son genre au Canada. Les familles Takata et Kishida avaient à l’époque, en 1905, négocié une entente avec la Société des tramways électriques de la province de Colombie-Britannique pour l’aménagement d’un jardin japonais et de pavillons de thés dans le Parc Kinsmen Gorge (accès par le pont Gorge et ensuite à droite sur Gosper Cr.), (anciennement parc d’attractions du BC Electric Railway Co) lesquels seront exploités jusqu’en 1941 par la famille Takata. Concepteur de jardin, Isaburo Kishida, à la demande de son fils, était venu du Japon réaliser les plans du jardin japonais d’Esquimalt. Par la même occasion, deux autres mandats lui furent accordés, la conception d’un jardin japonais à la demande de Jennie Butchart du Butchart Garden et celui de la famille Dunsmuir (le Hatley Castle à Royal Roads).
Quelques décennies plus tard, le jardin connut une fin insoupçonnée. Tous les érables japonais que Kensuke Takata avait cultivés à partir de semences durent être déménagés chez des amis. En 1941, lui et sa famille reçurent l’ordre d’évacuation et furent par la suite internés jusqu’à la fin de la Seconde Guerre. Laissé à l’abandon, le jardin japonais du parc Kinsmen Gorge fut vandalisé et pillé pour ensuite sombrer dans l’oubli. Vous connaissez l’adage suivant : un jardin ne survit pas à la mort de son jardinier. Pas tout à fait vrai dans le cas du jardin qui nous concerne. Aujourd’hui, les autorités municipales visent à rendre hommage au fondateur du premier jardin japonais du pays. Étant interdit, après la Seconde Guerre mondiale, aux citoyens canadiens d’origine japonaise de retourner s’établir en Colombie-Britannique, la famille Takata réunifiée, s’établit à Toronto en 1945. M. Takata poursuivit son œuvre au sein de la Société de bonsaï de Toronto. C’est à partir de boutures de quelques arbres adultes de sa collection de Victoria, que des amis avaient conservée, que Kensuke Takata, dans les années soixante, animât des ateliers d’art bonsaï à Toronto.
Vous pouvez vous rendre au parc Kinsmen Gorge et assister à la restauration du premier jardin japonais canadien en devenir. Enfin, si vous désirez en savoir davantage sur le jardin japonais et l’esprit qui l’anime, je vous conseille de visiter le site du Jardin botanique de Montréal.
« Pénétrer dans un jardin japonais, c'est une façon de retrouver un environnement susceptible de donner quiétude et harmonie à son âme troublée par le rythme rapide de la vie moderne.»
Bonne visite!
• http://www2.ville.montreal.qc.ca/jardin/japonais/japonais.htm

• http://torontobonsai.org/Journal/Journal.2004/apr.2004/KENSUKE.TAKATA.htm


Normand Hébert
Horticulteur/consultant
louisjardin@hotmail.com

Aucun commentaire:

Publier un commentaire