lundi 15 novembre 2010

février 2010 (De la bruyère)

À Swan Lake…
Je me suis retrouvé chez une amie aussi ma cliente sous une chute d’eau de janvier quelque part autour du lac des Cygnes au cœur de Victoria. Que faire en ce temps-ci de l’année? Souvent, on m’a répété que je faisais le plus beau métier du monde et qu’en jardinant on atteignait le nirvana à tout coup. Heureusement, on n’a pas confondu le plus beau métier du monde au plus vieux.
Il y a des jours où les conditions climatiques sont telles que, parfois, j’envie les gens qui travaillent à l’intérieur, entourés de collègues, assis droit devant leur écran plat d’ordinateur. La plupart du temps, nous n'avons pas le choix et il faut faire avec l’eau, la chaleur, le froid, le vent et l’humidité. Mais la semaine dernière, j’ai tenu bon et j’ai entrepris la tâche de circonscrire une plante couvre-sol commune de nos jardins. Vous avez deviné, j’ai taillé de la bruyère en train de recouvrir un muret solide de pierres endormies.
Bruyère comme dans Calluna vulgaris ou encore comme la voisine qui ne jardine plus à cause de son dos; dont le prénom est Heather. On ne s’en rend pas compte, mais avec les années, cette plante parvient discrètement à dominer un espace. Les plantes voisines, les pierres, le bois, tout y passe. C’est charmant la bruyère avec son feuillage persistant et son abondante floraison. On peut même la piétiner… légèrement, elle supporte le pâturage et en milieu naturel, survit aux incendies.
Simplement, je vous conseille de la contenir. Pour une taille réussie, soulever son dense chevelu et couper par en dessous, à la base. Ainsi, vous éviterez d’exposer une masse de brindilles desséchées.
La bruyère n’émet que très peu de nouvelles tiges à partir du vieux bois. Je vous déconseille de procéder à une coupe sévère du sommet. Enfin, cet arbrisseau, peu exigeant, vit bien en pot et en sol peu calcaire.
Autrefois, on en faisait usage comme combustible, de fourrage et de chaume. Donc, à Victoria, peu de précipitation; mais que de jonquilles pour amorcer une année 2010 en jardinage et pour les jeux d’hiver: Que la neige tombe!

Normand Hébert
Jardinier-horticulteur
Louisjardin@hotmail.com

Aucun commentaire:

Publier un commentaire