samedi 24 mars 2018

Réverbère032018


Une brioche au passage


C’est bien ici, c’est beaucoup chez soi, d’un côté des individus en uniforme, de l’autre des passants. Le soleil a complété sa courbe et le voilà, comme un vent, rendu ailleurs. Il y a quelques mois, il n’aurait jamais cru découvrir ce mini-lieu, retranché , à deux pas d’une piste cyclable, et du pont-bascule, blanc. Une parcelle restante de terrain, conçue comme un passage, paysager, sans nom apparent et semi-public.
Cet aménagement porte sa marque distincte, il est situé entre des immeubles suffisamment éloignés, où des portes-orangers à gros numéros vous interpellent, le temps d’un coup d’oeil. C’est un passage où la pelouse ressemble à un pissenlit solitaire. Un sentier court, où l’eau se mêle à une végétation; comme si elle avait toujours été, là, à se décomposer, à se refaire, devant des façades de verre.

Sur cette bande de terre, faible en inclinaison, on y voit toute la force de l’architecte, soucieuse de recréer un environnement aussi fidèle possible du lieu primitif. Qu’y voit-on? Des formes rocheuses
et végétales. Du salal, des mahonias, des cotonéasters rampants, des potentilles naines et du bouleau droit. Des souches de nénuphar hivernent invisibles accrochées au fond des mares. Des écrevisses et des épinoches composent une partie de la vie aquatique. Une diversité humaine dans une écologie incomplète, mais en développement.

Enfin, qu’a-t-il de plus à offrir ce passage?
Si vous faites vite, une brève impression et un vague souvenir. Cependant, si on s’y attarde ou après quelques visites espacées, on y découvre la vie du moment et des reflets sortis de l’étang. Son corps longiligne, ses cascades, du sud au nord, du nord au sud, nous mènent ailleurs tout en demeurant au même endroit. Voilà sa force, voilà sa contribution. Il vous fait passer d’un lieu à un autre, d’un état présent à un état nouveau.

Endroit imperturbable sans fantaisies apparentes, juste ici, entouré de pics neigeux et de cerisiers japonais. À une extrémité du passage, le Fol Épi, boulangerie-pâtisserie-café, de quoi se faire plaisir autrement.

At Céline’s D Garden


Photo: LNH "Il neige parfois"

Aucun commentaire:

Publier un commentaire