samedi 24 mars 2018

Magazinel'Entr'aînés042018


Fleurs interdites

SVP, s’abstenir! Pas de fleurs, c’est trop jeté à la rue. Au lieu, faites un don pour la recherche sur les maladies et contre la souffrance qui assaillent inlassablement le coeur sensible et le corps travailleur.
Mais voyons, admettez-le, il dit préférer à la recherche très scientifique, les arrangements du fleuriste du coin. Il le connaît peut-être. C’est un ami de la famille, un voisin, qui sait. Vous avez déjà entendu ce refrain controversé, légitime.

Oui, je comprends, ce bouquet, ensuite, il ira tout droit à sa perte. De plus ces fleurs, elles ne font pas très propres. Si vous saviez dans quelle condition on les cultive, avec quel engrais, quel produit systémique. Du tout chimique! De plus, ces compositions florales n’ont pas grandi ici en pleine nature. Elles ont fait du voyage. Et ces petites mains lointaines et sous-payées...
Facile à s’imaginer. C’est comme l’élevage animal. On force, on fait dans l’optimal et on achemine le paquet à destination, à nous, à eux.
Les fleurs et les plantes en soie, celles en plastique, cultivées à l’étranger. Ah! c’est le bouquet. Belle affaire!
Encore un débat autour de la rectitude, du correctement acceptable. Est-ce que les gens éprouvés se soucient de toutes ces histoires? Jeunes, ils répondront: à bas tout! Aujourd’hui, vieux, jeune ou moins jeune, le sujet soulève les contraires. Je choisis d’être subjectif, de prendre position. À fond, pour une cause toute fraîche. Tous ces « je », devenons « nous. »

Je n’ai rien contre la science, ses brochures et ses chercheurs. Vous verrez. C’est très juste même d’envoyer des gens dans l’espace infini, de modifier la chaîne génétique. Mais d’ici là, je préfère le voyage sur terre, à rêver et vivre un tour d’émotion et offrir un arrangement floral, un témoignage de circonstances. J’admets, le sujet dérange et met certains esprits en position d’attaque ou sur la simple défensive.

Il y eut le grand A, des paroles, un projet et puis quoi encore? Ah oui, la grande fin. La finitude dans un clignement d’yeux comme d’un souffle une bougie qui s’éteint. Tout est très aménagé, calme, routine; soudain vous voilà physiquement hors champ. Une fraction de seconde et vous êtes clic. Tout autour et si loin à la fois, on finit à travers d’intenses souvenirs à vous observer dans votre éternité. Aucun ne parviendra à vous l’enlever.


Au terrain du cimetière paroissial, plusieurs années ont passé. Où j’avais planté quelques hautes tulipes et des jonquilles, ce cimetière demeure et toujours occupé. Alors, planter des bulbes c’est une façon de dire ce qui n’a pu être dit. Un geste offert, en dernier recours, à l’autre.




Le mois du décès, la terre, avec la saison qu’il faisait se trouvait durcie; tandis que les émotions trop montantes s’agrippaient au corps des survivants. Aujourd’hui, y sont-ils toujours, ces bulbes? J’irai les voir s’épanouir, les admirer devant soi, dans toute la splendeur déployée, aux teintes fortes et définies devant les rayons persistants. Mais c’est si loin tout ça, les cercueils, les années, que je me résigne et, finirai bien par y aller, en songes, cette fois.
Ces tulipes, elles iront en se contractant un jour à la fois jusqu’à pâlir et puis redescendre en elles-mêmes. Elles renaîtront poussées par une pareille saison, de quelques couleurs drapées pour un second numéro, devant cette foule inhumée, parmi ces brins d’herbe à nouveau réveillés, se forçant eux-mêmes un passage.

De nos jours, le cimetière existe peuplé de silence. Les êtres n’oublient pas, ils ont peut-être au mur une photo encadrée, un meuble souvenir ou encore, quelque part, un signet mortuaire bien conservé. Avec avril, la poussée est considérable et en nous résonne toujours cette mystérieuse contradiction.

Louis Céline

Aucun commentaire:

Publier un commentaire