lundi 29 janvier 2018

Réverbère122017


Félix et Nicolas

Je me souviens de Madame Boileau, une enseignante du Conservatoire Lasalle. Elle connaissait bien le caractère des mots et le poids de la ponctuation. Je me rappelle un peu moins du fils de Gilles Boileau. J’ai voulu m’inspirer de ce scorpion et poète et je me suis mis à la recherche d’une citation de Nicolas qui me trottait, vaguement, dans la tête.
Hâtez-vous lentement [oxymore], et sans perdre courage,
Vingt fois sur le métier remettez votre ouvrage,
Polissez-le sans cesse, et le repolissez,
Ajoutez quelquefois, et souvent effacez
Nicolas Boileau




Donc, après Boileau, voici retouchée, version raccourcie, la chronique Jardin du pacifique parue dans le Réverbère de décembre 2009.

Tradition et Poinsettia….
Je me souviens, une année, nous nous étions offert une plante du temps des Fêtes. Une sorte de démesure considérant l’espace disponible dans notre modeste maison de la rue Murray à Greenfield Park. Rue très linéaire, étroite, cassée à un bout, nommée Little Murray par les Anglos du coin.

Au blanc tapis hivernal, il fallait opposer un solide contre poids à la saison froide. C’était, se mettre dans l’ambiance. En cette période où, une autre année se prépare à partir, couronnée de tout et d’un rien, les lieux publics débordent de vert, de rouge, de souhaits et de désirs.

Le Poinsettia trônait dans notre salle à manger (le salon étant complet) au beau milieu du mobilier et de tout le reste. Comme un arbre droit et non buissonnant, il faisait un beau et bon mètre de haut et large. Un vrai spectacle de bractées rouges, de feuilles veineuses et de latex blanc. Derrière, sur le mur, j’ai cru voir apparaître cette citation imagée, d’ici ou de là-haut:

Quand il tombe, l'arbre fait deux trous. Celui dans le ciel est le plus grand.

Félix Leclerc


louisjardin@hotmail.com





Aucun commentaire:

Publier un commentaire