vendredi 19 mai 2017

portrait de mai

Portrait de mai
Jamais d'aussi lointaine distance Olivier n'aura réussi à relever,  maintenant rendu au deux tiers de son existence, ce défi. C'est bien connu, l'éloignement peut souvent réveiller une créativité somnolente et permettre de retrouver un enthousiasme égaré. Assez de fleurs ou trop de fleurs, il y a en avril ainsi qu'en mai, suffisamment d'intensité de toutes sortes pour se sentir à  nouveau, émerveiller.
Alors,  voilà, s'égrènent les jours d'avril et de mai. Il s'est installé dans le 14e, à deux pas d'un parc, celui de Montsouris, un des quatre grands espaces aménagés sous le règne de Napoléon lll, entre 1869 et 1878 à l'époque des Grands Travaux haussemaniens, et qui donnent à Paris sa touche actuelle.
Ensuite, il y a le café Chin Chin situé juste en face d'une des quatre entrées vous suggérant des sentiers intérieurs à parcourir.
Tout n'est pas vieux dans le printemps urbain de la Ville Lumière. Au contraire,  tout est au vert débutant, au jaune soleil, au blanc contraste et au mauve léger. Ça donne le goût de flâner, de s'amuser, se laisser à la détente.
Ce printemps fleuri, il existe également ailleurs que dans les jardins ou les espaces verts. Il suffit d'arpenter les rues étroites ou les larges boulevards pour se faire une tête et plonger dans la saison des primeurs estivales.

Au début, Olivier résistait à l'invitation du paysage. Lui, le cartésien, finit par se prêter au jeu, celui des ombres, des couleurs et des compositions; et allant même, son mobile à la main, croquer quelques scènes remarquées. Quoi de plus naturel!  Pour mieux se souvenir mais aussi pour ensuite oublier lilas, spirée,  glycines, forthsysias,  daphnés,  et cerisiers; mais jamais leurs couleurs et leurs odeurs particulières.

Déjà, il se voit dépassé par des coureurs entraînés et solitaires.  Sortie et entrée de station de métro, bouquets de muguet à trois euros, bouquets printaniers à six euros. Aujourd'hui, c'est la vie toute entière, solidaire dans la nature, qui s' anime au parc de Montsouris dans le 14e de toujours aussi Paris.
Et pour demain. Je pousserai une pointe dans le 18e, découvrir la Promenade Dora Bruder. Dora Bruder?

Aucun commentaire:

Publier un commentaire