vendredi 11 novembre 2016

Réverbère décembre2016



Réverbère122016


Une amaryllis en spectacle

En remerciement de m'avoir prêté, en son absence, l'appartement ensoleillé situé à environ 150 mètres du controversé et tout aussi magnifique pont bleu et du Roundhouse Project j'ai choisi d’offrir deux bulbes d'amaryllis. Un flamboyant, l'autre plutôt large et rayé. Porté par la saison c'est dans un centre jardin que je me suis retrouvé, non par hasard. Devant l'incontournable tentation, un choix s'imposait. Attendre, allait être un plaisir. N'oublions pas, les enfants les adorent, puisque c'est ce genre de plante tropicale, ici d'intérieur, qui pousse parfois en vitesse, selon les soins et les conditions environnantes. Un plante à inspirer un conte.

Décrivez-moi

Ce n'est pas la première fois que j'encourage ceux et celles qui me lisent, et les autres également, de s'en offrir un et même deux, ou mieux, en faire cadeau. Dans peu de temps nous verrons apparaître dans le commerce le traditionnel poinsettia et bien d'autres plantes du genre. Ce que l'amaryllis a de particulier et de spectaculaire, à part sa croissance rapide, ce sont ses énormes fleurs muettes. Il y a leur taille imposante et leur nombre pluriel; mais il y a surtout ces teintes de rouge, vives et stimulantes.
Ah, attention! pour les nostalgiques de la blancheur hivernale, il y a le cultivar Mont blanc qui saura vous héliporter vers des pics enneigés.

Questionnez-moi

Une amaryllis, la première année, fleurira sans histoire. C'est promis. Pour le reste, il faudra suivre les conseils du producteur ou aller se renseigner en ligne. Ce n'est pas acquis, ni garantie, mais y voir un défi. Cependant, pour mettre toutes les chances de votre côté, choisissez un pot large sans être trop profond légèrement surdimensionné d'environ 20 cm de diamètre dans lequel vous aurez pris soin d'y déposer un terreau riche en matière organique.Un bulbe a toujours des réserves lui permettant de mener à terme sa première floraison. Toutefois, l’année suivante pourrait vous rendre perplexe.
Pour cette raison, vous devez lui donner la possibilité de se refaire des forces avec une fertilisation soutenue et un rempotage, disons, dix à douze mois plus tard incluant un temps de repos d’août à octobre. Trois mois.

Question grosseur, je conseille ceux de calibre supérieur à la moyenne, c'est à dire 42 cm. Les plus petits font autour de 28 cm. Comme vous l'aurez peut être deviné, ce premier format comptera un plus grand nombre de fleurs allant parfois jusqu'à neuf d'entre elles, distribuées sur trois tiges. Un attrait visuel pour les passants et; où vos invités sauront reconnaître vos talents horticoles et votre intérêt.

Comparez-moi

Vous savez, pour verdir leur intérieur, des gens choisissent parfois des araignées avec ses petits (nommés rejets ou plantules) tous agrippés à une ou des tiges menant à la plante suspendue, et combien résistante. C'est un chlorophytum comosum que la NASA en 1989 a qualifié de dépolluant remarquable. Il est dit que c'est une façon économique de purifier l'air. Pour faire simple et résumer mon propos, l'araignée est à la semaine ce que l'amaryllis est au dimanche. L'une travaille, l'autre fleurit.

Apportez-moi

Mais j'insiste, accordez-vous un petit extra, puisque décembre est un long mois avec trente et un jours courts.
Et sur ce, je dois conclure, je vote encore une fois pour le genre hippeastrum. Pour chauffer l'hiver, vivement l'amaryllis en habit rouge venue de Hollande. Quel réceptacle! quel ton!

Hippeastrum (amaryllis)
Image result for photos amaryllis

Aucun commentaire:

Publier un commentaire