jeudi 31 juillet 2014

Réverbèreseptembre2014

Des semences, des livres et un riz

Des semences entières, ni trafiquées, ni transgéniques que des semences "authentiques". Donc, ce soir, à la Bibliothèque municipale de Victoria, on a planté drapeau et parlé  semailles avec  le semencier et présentateur, Dan Jason de Seed and Plant Sanctuary forCanada. Un passionné d'horticulture, de biodiversité qui s'est formé sur le tas, et fin observateur. Originaire de Montréal, infatigable, pareil aux coureurs de fond, Dan Jason habite la côte ouest depuis plusieurs décennies.
À la GVPL, une banque de semences est en voie de réalisation dans le cadre du projet d'échange de semences avec Lifecycles Project Society et la Bibliothèque municipale du centre ville. En milieu francophone, le phénomène est connu sous le nom de grainothèque. En 2000, j'étais allé visiter son modeste domaine, son site de production de semences à Ganges dans l'Île Saltspring. Il n'a cessé depuis de militer pour cette cause parfois incomprise ou imparfaite.
Un peu plus d'une heure lui aura suffi à remuer et à résumer le sujet. Son message est limpide et sans détour. Activiste et ardent défenseur du végétal comme patrimoine universel, opposant à la monoculture, il maintient le cap et affirme être en désaccord avec le phénomène qui vise à privatiser la vie végétale par le biais du brevetage de semences et de sa lignée, s'il y a. Et lui de porter haut le flambeau pour mieux scander son slogan: Cultivons nos semences et notre santé en bénéficiera. Son livre, disponible lors de cette rencontre s'intitule, Saving seeds et disponible en librairie. Et pour les intéressés prêts ou prêtes à s'engager, toute l'information se trouve à la bibliothèque et davantage en ligne.




Des semences ancestrales et durables, passons à la dure génétique d'une molécule étrangère. Se nourrir de riz pour éviter de souffrir de cécité. Le sujet est sensible et hautement controversé. Je veux parler du Riz Doré. Ça vous dit peut être rien ou quelque chose mais le débat fait rage autour de cette fabrication, un grain de riz pas comme les autres. Simplement vous rendre en ligne et vous serez vite plongés au cœur d'une histoire. Inévitablement, c'est ainsi que les choses souvent se passent. D'un côté Greenpeace et de l'autre, le mouvement More Golden Rice Now, sorte de Greenpeace inversé, promoteurs du Riz Doré breveté, sous licence si vous préférez, s'affrontent. Bec et ongles, chacun défend sa thèse dans l'arène médiatique et celle du haut savoir, chiffres, bannières et discours à l'appui. C'est simplement complexe, il va de soi puisque l'un des partis tente de d'assécher l'autre. Consommé, ce riz de laboratoire, en question, permettrait d'éviter la perte de la vue, auprès d'une population infantile carencée. Du moins, la freiner.
Un Riz Doré qui alimente la planète OGM versus BIO, acclamé par les uns et honni par les autres.
À suivre.







 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire