lundi 2 juin 2014

Réverbère juin 2014



Rose et blanche
Ce qui se dit au jardin, reste au jardin. Ou encore, ce qui se fait au jardin s’enterre au jardin. Une expression consacrée dans bien des cas.  J’ai une tante Cécile mariée à oncle Marcel aujourd’hui décédé, qui avait un penchant vers elle assurément, mais aussi vers les autres. Je l’ai toujours su et en plus ma sœur me l’a récemment confirmé lors d’une  conversation autour d’un rouge de Francebien sec. Il aimait bien rire, parler fort et tout le reste… (Un manocle comme on dit). Une rose à la main, une blanche à la boutonnière.

Mais parlons plantes puisque cette chronique se veut horticole. Dimanche dernier, j’ai eu le plaisir de découvrir qu’il existait un rosier pape Jean-Paul II. Oui, après la messe dominicale, là-haut, une marche à la fois.  Céline m’a dit : tu vois, c’est lui le rosier pape Jean-Paul II. Dans un pot bleu, il s’imposait au soleil, sain et sans fleurs; devant une mer aveuglante et un lilas bonzaï. Elle a réussi à éveiller ma curiosité, me disant que ce rosier était unique et particulier. Je ne sais pas pourquoi, peut-être qu’elle me l’avait déjà dit mais  le même jour, je suis passé par l’hôtel Empress. Tout le monde le sait, si on veut admirer des rosiers en ville, c’est à l’Empress qu’il faut aller. Là, j’ai trouvé, massées, des roses blanches Jean-Paul II, non loin du terminus d’autobus. En absence de cerfs ennemis.

 Le rosier pape Jean-Paul II produit une fleur immaculée et dégage (pas comme dans les manifs en Tunisie) un parfum citronné. Vous verrez, après vous être incliné devant ce  végétal odorant, puissiez-vous vous relever la tête et dire, avec un peu d’imagination : ici les roses et là-bas, les blancs sommets d’Amérique.






Fiche horticole
Rosier buisson à grandes fleurs bien doubles
Végétation érigée et tiges  idéales pour les bouquets
Hauteur et largeur : 1.5m x 1m
Résistance :-20c
Entretien : Pouvant nécessiter des traitements
Taille : annuelle
Fertilisation : apport en mars de matière organique
Site : plein soleil

Normand Hébert



Aucun commentaire:

Publier un commentaire