lundi 5 mai 2014

Réverbère mai 2014



Le combat des pots
Je me suis mis à chercher un sujet avec lequel je réussirais à intéresser le plus grand nombre de gens. La terre? L’océan? On en parle grandement ces jours-ci. Il paraît que les mers et tout ce qui y vit sont de plus en plus façonnés par les molécules présentent dans les sacs de  plastique.
Bientôt ou maintenant, nous vivrons la grande corvée annuelle des berges, partout au pays. Et pour la terre, nous lui consacrons cette dernière semaine d’avril. Sept jours, et ensuite, on passe à autre chose. Hélas! Oui, c’est la vie qui bat. Comme, au petit écran, dans l’émission La vie qui bat, de 1956 à 1965, animée par Guy Provost, le bel Alexis des Belles Histoires des pays d’en haut.  Homme aux multiples talents. Vous vous souvenez?
À la petite Sophie, hésitante, qui rêve de faire du théâtre : Que dois-je faire? dit-elle. C’est simple, il faut aimer le métier et persévérer. Et voilà! La profession de foi du jardinier : vivre dans le silence, un retour  à  la  béatitude; tandis qu’au théâtre, c’est plein de lettres attachées. C’est l’usine à parole, les mots ensemencés dans la phrase. Mais il y a aussi de l’inquiétude, les remous à venir, autant chez l’homme de théâtre,  la comédienne, que chez l’homme du jardin. C’est le je suis donc je sème versus je suis donc je dis.
Également, dans un autre ordre d’idées, je veux souligner que le 21 mars dernier, comme à chaque année depuis 1999, nous proclamons cette journée,  Journée mondiale de la poésie. Pour cette raison, le mois dernier, j’ai voulu partager ce  Sacré géranium de….? Oui, le Pelargonium X Hortorum appelé abusivement géranium zonal. Ils sont de retour sur les tablettes  des épiceries à mi-chemin entre la feuillaison et l’amorce du bouton floral. 0,99 /ch.
Mais cette fois, je m’insurge contre ces fragiles contenants en feuille de plastique. On en recycle? Pas autant que vous pouvez l’imaginer. Une énorme quantité, aboutiront dans des sites d’enfouissement, avec tout le reste. Lorsque vous irez dans une jardinerie, mais surtout dans les commerces de grande surface, remarquer la perte exposée au vu et au su de tous. Le personnel est insuffisant et les végétaux en surabondance. Tout ce qui est en dépérissement ou invendable ira tout droit dans le compacteur à déchet. Bac à plantes servant de logement aux pots, pot, plante, terreau, engrais granulaire et tuteur s’il y a. Il faut faire vite, pas de temps pour le tri. Je reconnais, l’art de gérer, ce n’est pas donné.
En conclusion, pour faire suite à mon introduction, indignez-vous comme disait l’auteur, Stéphane Hessel.  Bof! Si vous êtes en quête de sens ou d’une cause, vu ou nous en sommes, insurgez-vous devant cette terre en plastique. Solution, ascète? J’achète… Tournons-nous vers ces caissettes en bois, inusables et que l’on range.
Vive mai qui vous permettra de planter certains semis tout droit en  peu de profondeur. Mange-tout et autres fraîcheurs du jour à imaginer. Tout de même, bonne fête des Mères.

Normand Hébert
Victoria 2014
www.louisjardin13@blogspot.com







Aucun commentaire:

Publier un commentaire