samedi 2 avril 2011

À vos outils!

Des outils tous genres confondus
Du jardinage, il existe trois grands plaisirs inégalés pour ceux qui s’y adonnent. Il y a la semence ou la plante en devenir, il y a le sol à travailler et enfin l’outil. Oui, l’outil pour les adeptes du tout jardinage sans aucune énergie que la volonté musculaire. J’en ai même connu pour qui le jardinage était avant tout l’occasion de se lancer à l’assaut des centres de jardin spécialisés afin d’acquérir l’objet rêvé haut de gamme, qu’il soit arrosoir, qu’il soit cisaille. Au début, l’activité du jardinage m’est apparue à travers de simples gestes exécutés par des individus modestement fortunés. Ce n’est que beaucoup plus tard, aux portes de l’adolescence que l’objet et le geste répété se sont installés dans mon univers mental.
Faire corps avec l’outil
De poids et de mesures variés, ces instruments, par centaines, sont classés selon la fonction à accomplir. De bois et de fer, il en va ainsi pour presque l’ensemble des outils à main du jardinier : bêche ou pelle, cisaille, sécateur, râteau, scie, houe, arrosoir à pomme ovale. Ensuite, il y a l’outil en fonction des saisons, le printemps pour la préparation du sol, en été pour l’entretien et l’arrosage, à l’automne pour la récolte et le nettoyage et enfin l’hiver et l’équipement nécessaire à l’entretien de l’outillage du jardin. C’est pendant mes études et lors de foires horticoles que je suis entré dans l’univers presque sacré de ces objets construits avant tout pour servir à son mieux, le corps humain. Un jour, j’ai réalisé l’importance accordée au fait que certains outils sont fabriqués pour gaucher et d’autres pour droitier ou même ambidextre. L’outil à main de jardin, en plus d’être silencieux, de qualité et bien entretenu, épargne efforts inutiles et douleurs corporelles. Une pelle en acier trempé, renforcer au bon endroit et aminci à la tranche pour une coupe assurée vous offrira toute l’aisance du mouvement auquel votre corps peut s’attendre. Au contraire et moins solides, les outils emboutis sont obtenus à partir d’une simple feuille d’acier et formés dans une presse. Un tel instrument n’offre que la forme et une fonction réduite à son minimum. Aller chercher la juste dose d’énergie corporelle à partir de la force musculaire, voilà comment les outils manuels deviendront vos meilleurs compagnons, les complices du jardinier amateur ou professionnel. La moitié du plaisir du jardinage est l’observation. L’autre, le travail lui-même que nous accomplissons.
Des marques
La majorité des très bons outils de jardin sont fabriqués à partir d’alliages robustes, comme le sécateur Sandwick pourvu de poignées légères en graphite, un outil à main pratique de qualité qui s’est inspiré de son concurrent Felco. Le bois fait toujours partie de la composition de plusieurs outils et sa popularité tient à la fois de ses qualités particulières et du respect qu’on lui porte. L‘outil de jardin sert soit la propagation et à l’entretien des végétaux soit à l’enlèvement de ceux-ci. Dans l’est du pays, du moins au Québec, Felco, Garant, Sandwick, Fiskars sont des marques reconnues pour qui veut s’offrir une qualité supérieure. Ici, en plus, sur la côte ouest, l’on retrouve des marques offrant des outils exemplaires et résistants .Ils doivent être durables et attrayants et c’est ce que j’ai obtenu avec des produits de marque Corona et Kenyon. Ensuite, il y a le vestimentaire à ne pas négliger, l’arrosoir ergonomique telle la série anglaise du fabricant Haws, à considérer et la souplesse des boyaux de trois à cinq plis (couches d’épaisseur) pour éviter les désagréables entortillements. Voilà!

Normand Hébert
Article paru dans l'Express du Pacifique de Vancouver, 25 mars 2011

Photos: Juliette Hébert

Aucun commentaire:

Publier un commentaire