samedi 23 février 2019

Réverbère032019


La matière joyeuse

Aujourd’hui, je vais prendre quelques instants de votre précieux temps pour vous raconter ma petite découverte. Je vous parlerai d’un modèle de boîte de jardin, je devrais plutôt dire de contenant et même de bac universel, pourquoi pas. D’ailleurs, pour être franc avec vous, l’objet en question fut remarqué il y a de ça déjà plusieurs mois. Le mûrissement de ma pensée n’était pas arrivée à terme. Maintenant, je vous résume aussi clairement que possible l’objet et son secret. Comme le tic-tac printanier se fait entendre, alors, mettons-nous en appétit, avant de nous mettre à table.

Une jeune entreprise de North Van a développé une remarquable série de magnifiques boîtes à jardinage ou boîtes légumières. En bois et non en plastique. Ce qu’elles ont d’ingénieux, c’est qu’elles viennent à la fois sur roulettes, surélevées et sous différents formats. Mais attention, de plus, elles possèdent un réservoir situé sous le terreau ajouté, et dont le remplissage de ce dernier se fait à partir d’un tuyau qui court jusqu’en surface. Le système racinaire puise ainsi par capillarité , d’où la présence d’une chambre remplie de vermiculite, l’humidité dont il a besoin et les nutriments si vous avez fait le choix d’une fertilisation soluble. Alors, vous pouvez quelques jours vous absenter sans craindre de voir anéanti le fruit de vos agréables efforts.

De plus, oui de plus, ce bac à profusion, fines herbes, légumes jusqu’aux futurs petits fruits est idéal pour la vie en condo. Il se pousse, il se tire sans que vous ayez besoin de vous pencher. Que vous soyez paresseux ou fragile autour des articulations, le plaisir intégral vous appartient, seul ou en groupe.

Vous aimeriez en savoir davantage, vous plonger les yeux et les bras dans l’une de ces jardinières à irrigation égyptienne, adaptée au style West Coast? Vous en trouverez deux situées devant l’épicerie Whole Foods, à Uptown. À Victoria, dans le quartier FED, pour Food Eco District
Sinon, en ligne, en tapant: lifespacegardens.
À défaut de posséder son petit carré de terrain, de nouveaux choix s’offrent à ceux et celles-là.





jeudi 24 janvier 2019

Réverbère022019


F comme dans fruitier
Il a suffi que je vous tweetasse ma réponse en cent quarante caractères deux fois, pour que vous eussiez gazouillé à votre tour ceci: Pardon, quelle est la question?
Réponse de M. Moutarde par voie électronique à Gis.
Oui, bonjour Gis, désolé de ce retard involontaire,
Tout de même, l'important, c'est la date et la plaque commémorative. Non? Déterminer la date de Commémoration en avril 2019 pour que la plaque soit fabriquée à temps, et que le tout soit couché sur papier, de leur part. Par la suite, ça devrait bouger.
Comme j'aime dire, dans de telle circonstance, la balle est entièrement dans leur camp, il faut montrer d'un doigt bienveillant, la plaque. Pour qu'ils se commettent afin que notre Association frappe son coup de circuit, au printemps.


Sous notre climat, la plantation automnale d'un arbre fruitier aurait été hautement souhaitable. De plus, il est vrai, au dire de Jen, l'on ne badine pas avec le précieux pollen et le système souterrain des arbres fruitiers. Belle affaire! Alors, laissons ces racines sous une pelouse jaunie ou non.
Cependant, que de pluie, celle des mois d’hiver, j’entends, aurait été la joyeuse solution à l'appel incessant que sera l'arrosage printanier ou estival. Ce que Jen redoutait tant au sujet de l'impératif eau; avec une plantation printanière, voilà son souhait, décidément évaporé. On aurait bien voulu finaliser la chose l’automne dernier.


Jen et Crys sont des employées responsables mais, au sein d'un appareil bureaucratique lourd, lent et impassible.
D'ailleurs, côté sentimental, l’été de Crys se passe, pas à son goût.
Que ma réponse (déposer aux archives?) te vienne en aide et te soit d'un total, sinon partiel, réconfort. Ah...!

vendredi 11 janvier 2019

AFRACB Enrtr'aînésAGA2019

Bonjour à tous,
Ça donnerait un bon concentré annuel de l'AFRACB en marche,sa signature, une occasion de donner le pas du moins au provinciale et, de nous affirmer comme joueur dynamique au sein de la communauté francophone canadienne.
Et un coucou amical à PCH.

À mon avis, ce nombre ci-bas est intéressant. Et si on pouvait aller se chercher des commanditaires ou partenaires alors une partie du coût pourrait être absorbée.

La Pierre

Bonjour La Pierre,
Qu' as-tu pu faire tout ce temps dans ce bled peuplé de truck pickup, cowboy et de shérif?
As-tu rencontré Tintin sous zéro? À bientôt,

samedi 29 décembre 2018

Correspondance122018

 Bonjour C
Je suis ici dans ma grande pièce où j'écris les intentions de mon corps. Après tout, tout nous vient de lui. Des pensées pures aux plus obscurément lointaines.J'ai aussi un cerveau complexe qui fait mes instants, capable de construire une semaine et de démonter la suivante.
J'ai aussi encore tous mes sens, ce qui me permet de jouir de ce dont l'environnement se dit fabriqué.Se reproduire, écouter ou ressentir des sensations ainsi que des émotions éteintes ou allumées. Avec ça,on marche dans le sentier où la forêt nous conduit et, un jour on bascule dans un dernier réveil, sublime, une lune absolue.
Ensuite, une autre pièce, moins grande que la précédente, une pièce à lecture, une pièce à sommeil.Sans cette petite mort,le jour suivant serait fait de pas lourds,le corps intégral incapable du moindre élan. Finalement, la plus petite et dernière pièce avec le soi matinal, l'eau fraîche et le miroir aux yeux, dans la salle de bain.

Je t'ai résumée en trois pièces l'univers où mes jours et où mes nuits sont.
L'univers de la porte orange 202. Victoria.

Donc, tu disais vouloir engager une conversation autour du pré-arrangement. Je pense que c'est une très noble mission de ta part.Moi, j'ai fait rédiger un testament notarié il y a de ça trois ans, je pense. Mais les pré-arrangements, c'est autre chose. Le testament, c'est l'administration et la disposition des avoirs ainsi que les soins (général) de fin de vie.
Les arrangements funéraires comportent les dernières volontés. Ce qui est, à mon avis, d'importance élevée.

C'est un sujet de poids et de taille. Je ne me vois pas finir mes jours ici. La fin de vie et la mort sont trop chargés de sens pour qu'elles aient lieu en terre inconnue, étrangère. Même s'ils seront d'une grande compassion.
Je ne viens pas d'ici et j'ai une compréhension ancestrale de ce rite de passage.

Je suis originaire de Saint-Ours, le long de la rivière Richelieu. Si tu fais Camping de la paix dans Google Map, tu verras la maison rouge et blanche. C'est là où j'ai grandi. Nous avions aménagé ce camping en 1967. Hérité suite au décès de mon père en 1987, nous l'avons vendu l'année suivante.Pourquoi alors vendre? Mes deux sœurs, mon père, ma mère et moi n'étions pas parvenus à un consensus réaliste.Et la mort a frappé prématurément, et sans que l'on puisse amorcer une transition planifiée.

Comment réussir avec ou dans toutes ses virgules,l'unique sortie de vie? Un sujet repoussant chez certains ou certaines mais pris très au sérieux par d'autres. Surtout, avec l'augmentation du concept de la mort assistée, l'apparition et l'application de procédures, d'une interprétation élaborée de la souffrance. J'entendais dire à la radio dans un panel de médecin savant, qu'être bien informé sur nos droits médicaux, les soins disponibles, devient un enjeu majeur pour tous.
Il faut bien s'alimenter, il faut s'abreuver, il faut respirer et il faut bien vivre pour un jour se souhaiter partir, élégamment.

Au quotidien, chez moi, après une lessive, je plie mes draps et je les suspends. Avec un bras long et un bras court, plier des draps, c'est un peu plus long dans le temps. Dans l'espace, ça donne un handicapé aux travaux ménagers.
Ce soir, je me sens comme une usine à crayon avec au bout de la mine, des muscles, des mots, des phrases réunies.
Dans mon blogue où j'accumule mes correspondances, j'en enlevé ton prénom pour la lettre A.Question de demeurer anonyme.

Au plaisir de te lire,âme sœur dans la solitude. Je me vois souvent habiter un coquillage marin. 
12 janvier 2019

Bonjour C,
Encore une fois rendu au bout. Je te dis que le temps autant beau que mauvais glisse ben vite, je trouve. Je viens de mettre une brassée de linge et le dish wash
tourne full pin.
La vie vie icitte est comme ailleurs au Canada.Des fois on s’ennuie pis des foua non. J'ai écrit un billet ben court, mais un billet tout de même.Je le joins à ce courriel. J'espère que la vie te pèse pas trop et que ton beau pays prend bien soin de toi. De mon bord, c'est l'ambivalence qui persiste. Je pars ou je reste. Y a du pour et du contre à rester ici.Pendant ce temps là, le compteur tourne sans arrêt.
Je sais, l'éternité m'a pas fait ainsi.
Pas malade encore, à part d'avoir la main droite souvent froide. j'arrive plus à m’irriguer le main normalement. J'aime toujours mon beau petit logement, et suis entouré de gens aimablement anglophone.Je suis un poète paysan, un passionné d'ail.
Je participe à un projet avec Semencier du patrimoine qui consiste à démarrer un plant à partir d'un simple bulbille d'ail sélectionné. Procédé qui vise à augmenter la qualité et la rusticité d'une semence.
Bonne année 2019 et si je vais dans ton coin un jour, je te saluerai.

Voici le billet en question, de style unique.

Le fer à repasser de ma tante Nounouche.
À la retraite depuis peu, beaucoup de mon temps se passe maintenant en ligne, sur le net. C'est ma façon de passer du bon temps seul. Seul dans le sens de...J'y reviendrai.
Quotidiennement, je me fais de nouveaux amis toutes origines confondues. Je m'érige un solide circuit sur les réseaux sociaux.Je deviens en demande et le nombre de coups de clic est en hausse modérée.

Je mets quoi en ligne? Surtout du texte allégé de quoi faire de la conversation une expérience simplement agréable. Le climat est bon même si on interprète le mot climat au goût du jour,c'est-à-dire: un sujet hyper climatique. L’atmosphère nous signale de toute sa présence. C'est un appel du pied malentendu.Je ne sais pas trop mais une cause me suffit. Il est préférable de n'embrasser qu'une cause, celle qui unanimement englobe toutes les autres. Laquelle?

C'est en foulant du pied le domaine pierreux et parfois escarpé de la Maison du Lieutenant gouverneur que la vérité s'est vers moi approchée. Cette cause, je disais, s'illumine comme la planète solaire. Je regarde et je suis obnubilé par cette étrange questionnement qui se révèle. C'est comme si j'avais besoin du soleil pour me convaincre de l'état qui m'habite. C'est rien d'anodin, tout ça.

La cause en question est d'aucune façon mystique. Non, elle se rapproche de la matière universelle à l'exemple du monde minéral ou celui végétal et se loge au cœur de la conscience.Cette cause sollicite l'esprit humain au plus haut niveau.
Enfin, pour mettre sur pause cette aspect dialectique de mon propos, je veux vous partager ce qui ne saurait être une confidence mais plutôt une renaissance.
La cause qui fait que je n'arrive pas à m'élever et être en amour, c'est son absence. Je ne renonce pas à l'âme, je suis agnostique.
Un point lumineux se manifeste toujours en moi. C'est ma part lunaire.

Texte de personne à contenu brut philosophiquement cadré dans son époque.


Bonjour C,
Je t'écris de mes deux mains et de leurs doigts vieillissants. Je frappe moins de la main droite. Elle est froide. Elle s'en va comme la vie, à tous les instants. D'ailleurs, je frappe beaucoup moins de la main droite. Un seul doigt, le majeur. Les autres, je les traîne,le poignet en déviation. C'est désagréable d'avoir toujours une main froide, de devoir la frictionner à tous instants.

Elle repartira plus tôt que prévu, fin janvier. Moi, je me demande si traverser le Canada ferait une grosse différence dans mes états d'âme.
Penses-tu que tu pourrais être plus heureuse ici, avoir une vie plus exaltante? Vivre la totale joie.
Moi, je me dis où au monde je pourrais voir l'éternité, le vide absolu, le bien être parfait, dire; je suis ubiquité.Je manque de vocabulaire malgré des heures de lectures.
Si j'étais au N.-B. je serais plus heureux? Non. Je préfère m'installer dans la région de mon enfance. La géographie serait la même. Les gens, moins, c'est normal.
Les gens vieillissent comme nous.Je ne leur dis pas. Je rêve qu'une vieille femme m'attend dans un village. Une veuve triste aux yeux bleu acier.
Merci pour le silence martial de tes photos. Je les aime, et pures.
Normand,

Bonjour Jacqueline,
Voici en rafale les mots du 29 janvier 2019.

Adieu tristesse
Bonjour tristesse
Tu n'es pas tout à fait la misère
Car les lèvres les plus pauvres te dénoncent par un sourire
                                                     Paul Éluard,

Tu sais ce que c'est la mélancolie?
                     Tu as déjà vu une éclipse? ...eh bien c'est ça:
la lune qui se glisse devant le coeur, et le coeur qui ne  donne plus sa lumière.

                                                      Christian Bobin

Je suis à savourer la lecture de Marie-Didace, Germaine Guévremont, un texte terroir, de mon coin ou j'ai grandi et étudié: Le Chenal du Moine autour de Sorel. Une belle littérature laquelle par moments me rappelle la Sagouine.
À la page 115 il est écrit: Je suis pas fou à demeure,

Je sais pas si tu me croiras mais on dit qu'on traîne toujours en nous un fond de chaudron où repose l'âme. Notre soi-même. C'est pour ça qu'on entend dire: ah, ça c'est ben lui. Ou ça c'est ben elle. C'est comme si les autres voient ce qu'on n'arrive pas à voir ou à regarder.

Moi, je me dis: mourir ou je suis né, c'est comme  honorer ma terre (sainte comme Jérusalem l'est) autant que j'en suis capable. Au sujet du Dalaï Lama, il a été chassé à jamais de son pays. Quel karma! Un volcan éteint par son voisin chinois.

Oui, c'est vrai ce que tu as repiqué (Wikipédia) au sujet de Vancouver et ses grands espaces de verdure et d'eau. Si c'est comme à Victoria,le climat vancouvérois attire la foule comme un mirage, un oasis dans un désert. L'enracinement demande d'avoir en poche des kilos d'or jaune. Vivre en chambre à plusieurs...? Je sais pas.
Comme me disait, en ses mots obscurs,(elle semblait souffrir du mental) une immigrante des Prairies rencontrée chez Thrifty Foods: sous ce climat côtier, les fruits et légumes sont de saveur tiède et humide.

Je poursuis. Il y a absence de molécules chaudes rencontrées lorsque le mercure passe confortablement la barre du 25 Celsius. La bonne délivrance quand la chaleur de l'été nous couvre de ses rayons bénis et de sa pluie chaude, baptismale.
Bon, assez de climat, condamné qu'il est à se réchauffer et à nous enfumer l'été venu. J’anticipe un gâchis climatique fumant dès l'été prochain.
Sur cette note je signe et persiste,
Normand avec un d,
Au plaisir de te lire,

Bonjour Jacqueline,
Pas d'argent pour les Jeux de la francophonie? La fête semble vouloir se faire à côté. Oh Canada, terre de nos Jeux... à la mode de chez nous, savez-vous planter des choux, à la mode, à la mode...🎶🎶🎶 🎹 La GRC 🤔  àchevaleàcheval...🙏

À faire une recherche en ligne, voilà que tout me met en rogne.Le monde actuel est de plus en plus un cahot abominable. Une déroute indescriptible de tous les règnes confondus, animal, végétal, minéral. Tout ce cinéma se joue dans ma tête? Pas si sûr. En ce moment, je demeure bouche bée. Je suis intoxiqué à entendre tout ce qui ce passe ici ou ailleurs. C'est comme si j'avais besoin d'avoir en bouche un cachet miraculeux, adoucisseur. De cet état planétaire, j'émets plaintivement un son  de ma voie dolente. Ah! pauvre de moi, perpétuellement homo sapiens, debout pensif, au beau milieu du bouclier canadien.

La nature humaine fait insulte à la nature entière. J'écoute la radio et ils nous martèlent de phrases chargées de misère, de corruption, d'injustice de hurlement et je; impuissant à changer quoique ce soit. L'environnement est englué de bitume et l'atmosphère, de débris provenant de bases de recherche dans l'espace. Du savoir à l'infini.  Un vrai trou sombre pareil au joli puits, à la campagne de mon enfance; avant que nous arrive l'eau courante. Enfin, tout va bien.

Finalement, j'ai obtenu un espace dans un jardin communautaire, élégant, un soupçon de sarcasme au passage. Il est situé derrière la boulangerie Frye (qui nous vend un pain santé aux raisins 8$) et le café Spiral. Qu'à taper Google et tu verras, sans devoir quitter ton douillet chez toi.
En fait, ce jardinet ira à Juliette et Liam, ayant réussi avant eux à en obtenir un. De plus, j'ai un droit de partage avec celui d'une voisine où nous nous retrouverons côte à côte, à tourner terre et composte, au printemps. Elle est complètement enceinte (a peut être déjà mis bas) de son troisième que voilà qu'elle m'a fait cette proposition, une forme de bon procédé, en échange de mes compétences horticoles. Et de mes beaux yeux. Hihihi! J'admets, je suis choyé. Comme toutes les femmes remarquent, elle a sans doute noté ce que j'arrivais à faire pousser devant ma porte patio l'été dernier. Voilà soudainement tout s'éclaircit.

Nous sommes dans la neige depuis deux longues journées. Impensable après ce mois de janvier presque floridien que nous avons eu. Je ne sors plus ou si peu qu'à pied, surtout. Tout est miraculeusement blanc floconneux, à l'exception des eaux noires pareilles à de la suie.Nous sommes en train de recevoir une joyeuse épaisseur enneigée. Ici, tout ou presque est fermé. J'aime ce moment de paralysie, notre éphémère temps suspendu à la météo.

J'ai dépensé 75$ au VFF, cette fois. Même chose l'an passé. Faut bien sortir un peu. L'an prochain, je jouerai mon fric autrement. Le cinéma, c'est du cinéma. Les critiques, sont parfois si convaincantes au point de nous faire chavirer et à nous envoyer dans des salles, obscurément publicitaires. Une balade en forêt, c'est plus inspirant mais on risque les engelures.

Le Dalaï Lama, c'est tout un numéro celui-là. Il traîne sa vérité, ce que je respecte.
Au sujet de tes doigts, ça se passe mieux depuis? J'ai à la main droite un problème de circulation que je tente de remédier avec l’acupuncture. Vivre en chambre à Vancouver, c'est une bonne idée. Une façon de casser l'hiver rude d'ailleurs.J'évite aussi autant que possible de voyager en avion. Je rêve de traverser le pays à pied, sans en avoir véritablement le courage.

Côté lecture, je termine Alexandre Chenevert de Gabrielle Roy. De la grande littérature, à lire. Avant, je venais de finir Marie-Didace de Germaine Guèvremont. Pas autant mais singulièrement captivant.
À la prochaine,
Normand,


L'Entr'aînés132018


La légende et la coupe

Coups de hache et passe la tronçonneuse, il me dit. Tu sais, nous sommes des gars de bois, disséminés. Des Nordiques légendaires, au style dur, entraînés par temps froid, à la face patinée par les saisons. Aujourd’hui, on en retrouve, des descendants, quelques-uns convertis en producteur d’arbres de Noël. Ainsi, nous bavassions.
Vous me croirez, oui, ils étaient partout. À une époque pas si lointaine, ils parcouraient le continent. On les nommait coureurs des bois, marcheurs, découvreurs, bûcherons, trappeurs, avironneurs, là, dans nos grandes étendues recouvertes de denses forêts ou enneigées. Comme la Sibérie ou encore l’Alaska.

Oui, l’Association canadienne des producteurs d’arbres de Noël n’est pas une légende paysanne, elle aussi se trouve sur le net. Voilà, nous y sommes, ses membres, ils font dans la forêt cultivée. Je me souviens le temps ou nous allions mon père et moi dans la forêt voisine, se récolter un arbre tout frais, à décorer en famille. Était-ce un sapin de Noël véritable ou un simple spécimen du groupe des résineux ? Peu importe. Aujourd’hui, cinq joueurs se partagent la glace. Québec, Ontario, Nouveau-Brunswick, Nouvelle-Écosse et la montagneuse Colombie-Britannique. Des milliers, voire des millions de dollars qui poussent dans les arbres, en fin d’année. Il faut tendre l’oreille, flairer, être au bon endroit.


Les producteurs d’arbres cultivés en 2018 inondent le marché de deux variétés aux aiguilles odorantes: le sapin baumier et le sapin fraser. Une régie de culture très serrée mènera après plus ou moins 10 ans de soins attentifs et intentionnés aux produits actuels disponibles sur les marchés. Autour de Victoria, du sapin baumier je n’en ai pas vu. Cependant, j’ai remarqué chez Garden Works (Centre de jardinage) du sapin fraser provenant de l’Ontario. J’imagine que les faire venir de plus loin coûtait trop cher en transport. Comme vous pouvez voir, j’ai fait une petite virée rapide autour d’ici. J’ai constaté à l’épicerie, qu'il se vendait du Douglas-fir et aussi du Douglas noble. J’ai aussi compris que ces deux derniers ne sont aucunement des sapins. Ils n’appartiennent pas au groupe des Abies comme c’est dit pour le sapin baumier, de la classification universelle, en latin, Abies balsamea.


De plus, intéressante observation, la présence du trait d’union dans Douglas-fir. Ce fut une manière d’écarter celui-ci des sapins, du genre Abies. Pour une question de botanique, on ne pouvait le désigner comme étant un «true fir». Un vrai de faux, un non authentique membre de la famille du sapinage. Aussi simple que ça.
On le disait appartenir aux différentes espèces suivantes : les pins, les pruches, les épinettes jusqu’au jour, en 1867, on lui conféra le titre de Pseudotsuga menziesii. À cause de son cône (cocotte) qui lui était propre. Tout bonnement distinct.

Pour l’arbre artificiel, s’il en est un; à proscrire, à bannir, encore à bannir, le Fait Ailleurs synthétique, potentiellement toxique et, au risque de se faire pourchasser par les sceptiques d’un bord ou les chefs climatiques de l’autre. Dans les réseaux comme sur les écrans, ils sont légion. Paraît-il.
Alors, le feu est au vert pour la bonne affaire. Naturellement!




Références:
- OSU, Oregon State University
- Association canadienne des producteurs d’arbres de Noël


samedi 24 novembre 2018

Réverbère122018

LES BATTANTES
LES BATTANTES

Bleuet  coquelicot matricaire
le fer passa au bleu
le fer passa au rouge
le fer passa au blanc

Bleuet coquelicot matricaire
pour le chant de la victoire
au champ à se mesurer
encerclés par un brouillard ennemi

Bleuet coquelicot matricaire
enracinés debout
à l'ombre des corps renversés
dans la terre brune remuée

Bleuet  coquelicot matricaire
sol caillouteux 
nuages de plomb 
trois couleurs à l'horizon

Bleuet... coquelicot... matricaire....

Trois couleurs à l'horizon
Bleuet  coquelicot matricaire
le fer passa au bleu
le fer passa au rouge
le fer passa au blanc

Bleuet coquelicot matricaire
pour le chant de la victoire
au champ à se mesurer
encerclés par un brouillard ennemi

Bleuet coquelicot matricaire
enracinés debout
à l'ombre des corps renversés
dans la terre brune remuée

Bleuet  coquelicot matricaire
sol caillouteux 
nuages de plomb
Trois



jeudi 18 octobre 2018

Réverbère112018


Jardinage papillon et fentanyl

Est-ce possible, oublier de respirer dans la nuit ? Hélas... Le jardinage maison tout comme sortir son chien pour qu’il pisse et bouge, compte son lot d’échange, de bavardage et de parenthèses entre voisins. L’adage qui veut que: qui s’assemble se ressemble, contient sa dose de vrai... et du faux.
Lorsque deux voisins ont la piqûre de la terre, de creuser, de vouloir réveiller les tulipes, alors, il y a matière à jaser.

Un ou deux à la fois, pas plus, j’ai arraché de jeunes mahonias du nouvel aménagement. Cet arbuste commun, au feuillage épineux et persistant, coûte moins que rien et est presque immortel. C’est pourquoi les architectes paysagers sur la planche à travail en dessinent plus qu’il en faut. De loin comme de près, la densité importe, pareille à une carte postale.

J’ai dit à Nicole: ah, toi aussi t’en as arraché quelques-uns?
- Oui, me dit-elle. Ici, c’est dense, inutilement. De plus, j’ai besoin d’espace pour obtenir plus de fleuris.
- Tu sais, j’ai grandi dans la vallée du Fraser, mon père était un passionné de jardinage. Un trait de lui que j’ai hérité.
Au rythme des mois, nous avons parlé jardinage et de notre communauté Madrona. Au début, elle pensait de se reloger, mais plus le printemps passait, moins son désir de quitter, allait être.
Aujourd’hui, fin octobre, l’Halloween lentement s’installe devant les portes-orangers des deux immeubles.

Récemment, à la descente d’autobus, peu loquace, Nicole me dit:
- Je viens tout juste d’apprendre que mon fils, 41 ans a été trouvé, dans son sommeil, sans vie.
La semaine suivante, pendant que son chaton gris courait après un papillon blanc, elle dit:
- Son décès est attribuable à un arrêt respiratoire. Une trace de fentanyl, en trop.

À la porte, sied un bouddha gris argileux, et au soleil, un large chrysanthème d’un mauve léger.




                                  Ink Challenge













lundi 15 octobre 2018

Réverbère102018


CILS FAIME
Pourquoi un pareil titre? Eh... le jardinage écrit passe plus qu’en mode numérique, il passe en ondes, tout court. C’est comme de l’auto promo, mais la chronique Réverbère-jardinage a, marrons-nous, le vent en poupe. D’une pointe de plume, l’encre sillonnera de mots son champ tandis que l’onde émettra tout.

Ces jours-ci, vous sentez-vous plutôt sous la vague que sur celle-ci, je veux dire, dans une sorte de regret que l’été soit à l’eau? C’est bien possible, car bientôt nous serons en déficit de soleil, en surplus de nuages, adossé à des jours obscurément raccourcis.
Déjà, les gens pressent le pas avec au visage un titre vertical. Que doit-on accuser, soi, les autres ou météo média? Alors, restons unis, en élan vers la crête, cinquante ans et plus, quarante-neuf ou moins. Il suffit de provoquer en soi un petit projet né d’un songe enterré. Comme…

Dans le quartier Fernwood, au coeur de Victoria, il y a une fable insolite. Il était une fois...la petite ferme Mason ou le Masonfarmproject.com . Ils sont travailleurs/es de la terre, des gens manuels générateurs d’une moisson propre. Des utopistes à leur manière qui mènent un combat inégal devant l’énormité du vis à vis.

Ce chantier qu’ils poussent, c’est de l’anti-conglomérat. C’est un mouvement à rebours, un retour à la terre ferme, dans la cité où l’agissement tranche. Des curieux dans les deux sens du terme, qui touchent de leurs mains sales l’écran tactile imparable.

Un tel état peut en faire bondir plusieurs, de conclure que de pareil projet demeurera marginal. Pourtant, il y en a un autre qui fait plus que friser le succès, il l’atteint. C’est le cas de la ferme TOPSOIL at DOCKSIDEGREEN.
C’est ce que racontait dans son reportage à Radio Canada le journaliste Jean-Michel Leprince en janvier dernier. On y parlait du concept d’écoquartier gastronomique à la sauce Victoria. Le projet bien implanté est solidement épaulé par des restaurateurs du centre-ville comme le Rebar de la rue Langley, à deux pas de? La SFV.

Tout se brassage s’inscrit dans un cadre inachevé nourrissant une économie maraîchère de proximité. La FED, pour FOOD ECO DISTRICT un projet auquel participe activement Fort Properties Ltd dirigé par les sœurs Bradbury. Pour l’année 2018, une subvention de 56,000$ provenant de Community Coop permit, sous l’égide de la FED Urban Learning Garden, la réalisation de cet aménagement fragile sous la coupole à la Bibliothèque municipale de Victoria. Avec The Fort Common repart le secteur Broughton et Blanshard, là où se trouvait anciennement Vancity.

Le petit projet alors? Rendez-vous à 8h15 le premier mercredi d’octobre à l’émission matinale de CILS 107,9 FM.